Voici les news du moment:

 

 

                                          Voici les news du moment:

 

Voici l'extrait du film "loup":

 

Et voici la couverture du livre dont l'histoire est tirée :

Résumé: Sergueï est un Évène, ces nomades éleveurs de rennes qui vivent dans les montagnes de Sibérie orientale. A l'âge de 16 ans, Sergueï est nommé gardien de la grande harde du clan de Batagaï.Ce clan - dont le chef n'est autre que son père - est composé de quatre familles et de leur harde de 3000 rennes qu'ils conduisent d'un alpage à l'autre au gré des saisons. Dans cetteimmensité, le loup rôde et menace en permanence les rennes ; unique richesse et fierté des Évènes.Dès son plus jeune âge, Sergueï a appris à chasser et abattre les loups sans état d'âme. Jusqu'au jour où sa rencontre avec une louve et ses quatre adorables louveteaux va bouleverser toutes ses certitudes... C'est à cet instant que sa vie bascule.Pour protéger "ses" loups, Sergueï va transgresser les lois millénaires de son peuple et ainsi trahir son père et son clan. Dans l'insouciance de sa jeunesse, Sergueï va braver l'interdit : le jeune garçon et les louveteaux vont mutuellement s'apprivoiser. Par amour, il partagera ce lourd secret avec la belle Nastazia. Mais c'est sans compter que le loup garde son instinct de prédateur...

 

 

Intolérable !! :

Lundi 7 décembre 2009, une jeune louve a été abattue par un chasseur, au cours d'une battue aux sangliers, sur la commune d'Esparron (Hautes-Alpes).

Le chasseur, pris en flagrant délit par des agents de l'ONCFS, a été interpellé et a reconnu les faits lors de sa garde à vue. Il est convoqué devant le tribunal correctionnel de Gap le 18 février 2010.

L'animal a été abattu dans le massif de Ceüse - Aujour, à l'ouest de Gap. Il s'agit d'une nouvelle zone de présence de l'espèce depuis l'hiver dernier.

 


 

Je voulais aussi vous parler d'une incroyable histoire:(15/08/2001)

Un berger à déclarer avoir été agressé par une louve...et son louveteau !!!!!! hahahahaha !!!!!!!!

Un berger du Mercantour de 56 ans, Aimé Ségur, qui gardait son troupeau de brebis à Isola, dans le Parc National du Mercantour, a déclaré mardi 14 août à la gendarmerie, avoir été attaqué par une louve et un de ses deux louveteaux le 9 août (soit 5 jours plus tard) alors qu'il s'apprétait à boire à une source.

Selon ses dires, la louve l'a attaqué au visage tandis qu'un louveteau "de trente centimètres" l'a mordu à la jambe. Un médecin légiste a déclaré que les blessures pourraient être dûes à des morsures.

Une enquête a été ouverte pour savoir s'il s'agit bien d'un loup (c'est fort possible que ce soit un chien) par le ministère de l'Environnement. Des experts de l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) et du Parc National du Mercantour ont procédé à des recherches poussées pour retrouver toutes traces (empreintes, poils ...) qui permettraient de confirmer la version du berger.

Les scientifiques sont très sceptiques en ce qui concerne cette attaque et, si c'est en effet un loup qui a attaqué le berger, il pense que ce pourrait être l'odeur du mouton qui aurait poussé le loup à attaquer le berger qui, car celui-ci était à genou, il avait donc la taille d'une brebis.

Si cette attaque de loup se confirme se serait une première car aucunes attaques de loups n'ont été récensées en Europe depuis le début du siècle, dans des pays où pourtant les loups abondent.(L'info est vieille mais tellement drole !!!!)

Voici quelques lois décidées  sur les loups :

le 10 octobre 1996: arrêté reprend un ancien arrêté datant de 1981, pour le modifier. Il protégeait le loup, en application de l'article du code rural L.221-1, et en interdisait notamment la destruction, la mutilation, la capture ou l'enlèvement sur le territoire français.De même que pour la convention de Berne, la directive 92/43/CEE permet de déroger à la règle, notamment pour " prévenir des dommages importants à l'élevage ". Bien sûr, il ne faut pas que cela remette en cause la sécurité de l'espèce concernée.

l'arrêté interministériel de 1996 permet la capture ou la destruction du loup selon une marche à suivre énoncée dans l'article 16 de la directive Habitat. Cette modification a été élaboré suite à un accord entre les ministres de l'agriculture et de l'environnement après avis du Conseil National de la Protection de la Nature. On le voit, l'aspect juridique du loup a une importance considérable, et les ambiguïtés à propos de l'interprétation des arrêtés et des directives ne sont pas sans poser de réels problèmes. A partir de quand un préfet peut-il se permettre de donner son accord pour une battue au loup, et surtout, à partir de quand peut on dire que les dégâts occasionnés par le loup ne sont plus viables économiquement pour un éleveur ? Selon le camp des protagonistes, l'avis peut diverger, et surtout, il peut générer des problèmes d'incompréhension. 
Chaque année, un préfet est autorisé à faire capturer ou détruire un loup sur son département. 

Un protocole pour réduire les attaques a récemment été mis au point, et a été adressé aux préfets le 4 juillet 2000. Il y a les actions de prévention opérationnelles (3 attaques indemnisables, 18 animaux blessés ou tués, sur 3 semaines consécutives), et les interventions sans actions de prévention (4 attaques indemnisables, 24 animaux tués ou blessés sur 3 semaines consécutives). Encore une fois, les conflits sont possibles : déterminer un attaque de loup n'est pas évident, et prendre la décision d'organiser un battue ou pas engendre obligatoirement des conflits.



Le protocole a été déclenché en décembre 2000 dans le village de Saint-Martin-Vésubie pour l'éleveur M. LAUGIER. Cet éleveur que j'ai rencontré en décembre 2000 avec des camarades semblait satisfait de la mise en place de ce protocole suite aux attaques répétitives de loup sur son troupeau.
M. LAUGIER nous autorisa à réaliser une photocopie du protocole dont voici les principales caractéristiques :
- Unité pastorale : Vacherie de Venansson
- Troupeau : appartenant à M. LAUGIER, 1300 ovins.
- Moyens de prévention : 4 chiens patous, une aide bergère, des parcs de contention.  
  

le 10 octobre 1996: arrêté reprend un ancien arrêté datant de 1981, pour le modifier. Il protégeait le loup, en application de l'article du code rural L.221-1, et en interdisait notamment la destruction, la mutilation, la capture ou l'enlèvement sur le territoire français.De même que pour la convention de Berne, la directive 92/43/CEE permet de déroger à la règle, notamment pour " prévenir des dommages importants à l'élevage ". Bien sûr, il ne faut pas que cela remette en cause la sécurité de l'espèce concernée.

l'arrêté interministériel de 1996 permet la capture ou la destruction du loup selon une marche à suivre énoncée dans l'article 16 de la directive Habitat. Cette modification a été élaboré suite à un accord entre les ministres de l'agriculture et de l'environnement après avis du Conseil National de la Protection de la Nature. On le voit, l'aspect juridique du loup a une importance considérable, et les ambiguïtés à propos de l'interprétation des arrêtés et des directives ne sont pas sans poser de réels problèmes. A partir de quand un préfet peut-il se permettre de donner son accord pour une battue au loup, et surtout, à partir de quand peut on dire que les dégâts occasionnés par le loup ne sont plus viables économiquement pour un éleveur ? Selon le camp des protagonistes, l'avis peut diverger, et surtout, il peut générer des problèmes d'incompréhension.
Chaque année, un préfet est autorisé à faire capturer ou détruire un loup sur son département.

Un protocole pour réduire les attaques a récemment été mis au point, et a été adressé aux préfets le 4 juillet 2000. Il y a les actions de prévention opérationnelles (3 attaques indemnisables, 18 animaux blessés ou tués, sur 3 semaines consécutives), et les interventions sans actions de prévention (4 attaques indemnisables, 24 animaux tués ou blessés sur 3 semaines consécutives). Encore une fois, les conflits sont possibles : déterminer un attaque de loup n'est pas évident, et prendre la décision d'organiser un battue ou pas engendre obligatoirement des conflits.

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site